Région antérieure du rostre

DUVALIA LATA (BLAINVILLE, 1827)

      Sommaire 

     Cette partie très importante du rostre est malheureusement plus ou moins mutilée de façon générale. Et ce d’autant plus que l’on se trouve en présence d’un spécimen adulte.

     En effet, chez les très jeunes individus, la conservation peut être quasi-totale, la zone antérieure brisée de la paroi alvéolaire n’excédant pas quelques 1/10 de mm. Cette circonstance est du reste très intéressante pour étudier les stades les plus juvéniles, jusqu’alors plutôt négligés. Mais avec l’âge et dans les meilleurs des cas, la mutilation de la partie antérieure du rostre est plus importante, affectant toujours au minimum quelques mm de la paroi alvéolaire, très fragile.

     Dans beaucoup de cas, la cassure du rostre intervient plus près de l’apex, fréquemment au niveau de l’étranglement antérieur tel qu’il apparaît, notamment, sur les spécimens figurés par UHLIG, en 1902 (variété constricta) et PERVINQUIERE en 1907 (variété zeugitana). Cet étranglement se distingue également sur le topotype de Duvalia lata figuré en 1907 par LEMOINE.

     Néanmoins, dans la mesure où la partie détruite du rostre ne concerne que la zone située en avant de l’étranglement antérieur et où celui-ci demeure bien distinct (ce qui est le cas du topotype de LEMOINE), toute la zone du rostre située en arrière est susceptible de se prêter à de nombreuses mesures et de permettre d’établir certains rapports. Naturellement, si les destructions sont plus importantes, le spécimen n’offre plus grand intérêt pour les données numériques.

 

     En faisant appel aux individus les mieux conservés, chez lesquels la partie antérieure manquante demeure minime et peut être estimée de façon satisfaisante, il est possible de compléter très utilement l’étude de la région postérieure du rostre et ce, de façon très heureuse, à partir du matériel récolté dans le Sud-Est de la France, pour des exemplaires de toutes tailles, depuis les plus juvéniles (pour lesquels Lr atteint à peine 30 mm) jusqu’au plus âgés qui parviennent à une longueur de 95 à 100 mm.

 

     Une donnée très utile à prendre en compte est la longueur intermédiaire (Li) correspondant à la distance séparant le renflement postérieur de l’étranglement antérieur. Elle correspond en effet à des données qui peuvent être le plus fréquemment obtenues par mesures directes sur les rostres, à l’exception des plus mutilés :

 

Longueur intermédiaire (Li) = Distance de l’apex à l’étranglement antérieure – Distance de l’apex au renflement postérieur.

 

     Pour l’ensemble des spécimens (37) donnant la longueur du rostre complet, le rapport (valeur moyenne) de cette longueur intermédiaire à la longueur totale du rostre est de 0,51. Il marque une légère tendance à la diminution en passant des stades les plus juvéniles (où il peut s’élever jusqu’à 0,61) aux grands adultes (où il peut descendre jusqu’à 0,42).

CLASSEMENT DES SPECIMENS COMPLETS

DUVALIA LATA (BLAINVILLE, 1827)

 Sommaire 

L’ETRANGLEMENT ANTERIEUR DU ROSTRE

 

     La représentation que de BLAINVILLE a donné de son holotype en vue latérale (figure 10) fait bien apparaître un léger goulot d’étranglement, une légère dépression réduisant la hauteur du rostre, immédiatement en arrière de la fracture de celui-ci.

 

     La reproduction photographique de cet holotype par LEMOINE (1907) (figure H, planche 114 de PALEONTOLOGIA UNIVERSALIS) confirme l’exactitude du dessin d’origine. De plus, sur la même planche, LEMOINE a représenté un topotype sur lequel cet étranglement est un peu plus accusé.  Ce spécimen topotypique est lui-même incomplet, amputé de sa région la plus antérieure.

 

     Le grand adulte à région postérieure très renflée représenté par UHLIG (1902) (figures 4a et 4b, planche I) offre un rétrécissement antérieur encore plus net, accentué précisément par la dilatation de la région postérieure. D’où l’appellation de Constricta proposée par UHLIG pour cette « variété ».

 

     DELATTRE (1951) a représenté un bel individu adulte (planche III, figure 38, 39) qui est également un topotype et dont la morphologie se rapproche tout à fait de celle de l’holotype de BLAINVILLE, notamment par ses flancs bien parallèles et sa région postérieure peu dilatée. Mais ce spécimen montre lui aussi, dans sa région antérieure, immédiatement en arrière de la cassure qui a fait disparaître la partie la plus antérieure du rostre, un léger mais indiscutable étranglement, tant au niveau de la hauteur qu’à celui de la largeur.

 

     COMBEMOREL (1973) enfin a donné (planche 1) un ensemble assez complet – à l’exception des stades les plus juvéniles – de la variabilité morphologique de Duvalia lata. Mais tous les exemplaires composant cette planche montrent, à des degrés divers, une réduction de hauteur et de largeur du rostre dans sa région antérieure.

__________

 

     En définitive, la « constriction » ou « étranglement antérieur » ou simplement la réduction de hauteur et de largeur du rostre dans sa région antérieure, correspond à un élément constant de sa morphologie. Il apparaît sur toutes les représentations données par les auteurs de Duvalia lata, parfois de façon très accusée, parfois à peine esquissée mais toujours effective. 

     Il s’agit donc d’un élément à prendre en considération dans l’étude de l’espèce, d’autant plus qu’il a déterminé la création de variétés.

DUVALIA LATA (BLAINVILLE, 1827)

 Sommaire 

RELATION ENTRE LA VALEUR DE L’ETRANGLEMENT ANTERIEUR

ET LA DISTANCE A L’APEX

 

Répartition des spécimens complets étudiés pour la relation entre la valeur de la section du rostre au niveau de l’étranglement antérieure et la distance par rapport à l’apex.

     Seuls en effet les individus complets ou du moins suffisamment complets pour montrer en totalité l’étranglement antérieur, peuvent entre dans l’élaboration de ce graphique. De même que pour la dilatation postérieure, on peut reconnaître 4 cadrans.

__________

 

CADRAN I  : Rostres à section antérieure de valeur médiocre, située à une distance également médiocre de l’apex.

     Il s’agit en somme des individus les plus représentatifs, à ce point de vue, pour l’ensemble des 37 spécimens complets constituant le graphique.

 

CADRAN II  : Rostres adultes à section antérieure parfois très importante et située loin de l’apex.

     On compte 18 spécimens (soit 48,6%) entrant dans ce cas, dont les plus grands adultes récoltés. Les « variétés » Constricta et Zeugitana sont pratiquement confondues au sein de ce cadran.

 

CADRAN III  : Rostres juvéniles à section antérieure très peu importante, à une faible distance de l’apex.

     15 spécimens (40,5%).

 

CADRAN IV  : Rostres à section antérieure inférieure à la moyenne, l’étranglement étant placé loin de l’apex.

     Ce cas demeure presque anecdotique, avec seulement 2 spécimens concernés.

VALEURS MOYENNES CONCERNANT LA REGION ANTERIEURE DU ROSTRE