Céphalopodes crétacés

C. SUBORBIGNYANUS (TOUCAS, 1890)

Pl.2, fig.1-39

  • ? 1847 - B. orbignyanus DUVAL, D'ORBIGNY, pl.4, fig.15
  •    1867 - B. orbignyanus D-J, PICTET, p.54, pl.8, fig.2
  •    1868 - B. orbignyanus D-J, PICTET, p.217-218, pl.36, fig.3
  • ? 1873 - B. orbignyanus DUVAL, GILLIERON, p.204-205, pl.8, fig.11
  •    1890 - B. orbignyi var. surborbignyi n. v., TOUCAS, p.588, pl.XV, fig.2
  •    1951 - Hibolites orbignyanus (D-J) var. surborbignyanus TOUCAS, DELATTRE, pl.1, fig.16
  •    1997 - Castellanibelus sp. A, JANSSEN, p.6, 8, pl.3, fig. 7-8 
  •    2003 - Cast. orbignyanus (D-J, 1841), JANSSEN, pl.2, fig.13-14

Décrits et figurés dès 1867 par PICTET, sous le nom d'orbignyanus, les rostres de cette espèce ont ensuite été attribués à une variété, par TOUCAS en 1890. Le type de la variété, élevée ici au rang d'espèce, correspond également à une forme juvénile (TOUCAS 1890, p.588, pl.XV, fig.2). Un lectotype adulte est donc désigné (n°17487, pl.2 fig.9), accompagné de deux paratypes juvéniles (n°88591 et 93694, pl.2 fig.7, 12).

Matériel : 174 rostres, de tous les stades ontogéniques, Valanginien, SE France.

Description :

a) Silhouette : (appendice)

  • Très proche de celles d'orbignyanus et de jouvei par sa dépression légère  (ic moy. = 0,94), tant antérieurement que postérieurement, s'accentuant aux stades matures,  section transversale subcirculaire.
  • dilatation moindre que pour l'espèce-type (id moy = 1,09), silhouette sub-cylindrique, dont l'aspect longiligne est encore accentué par la longueur de la partie postérieure.

b) Partie postérieure (appendice)

  • longue, pouvant atteindre ou dépasser la moitié de la longueur Ltp (35% des rostres de suborbignyanus).
  • aigüe : angle apical moy. = 28°, valeurs augmentant très légèrement au stade adulte, avec l'épaississement postérieur.
  • s'inscrivant dans un rectangle long (adultes) à très long (juvéniles).
  • rapport Lpp/lm s'établissant autour de 2,01 (valeurs extrêmes : 1,63 (adulte) ≤ Lpp/lm ≤ 2,76 (très juvénile).

c) Sillon : un peu plus court que pour les autres taxons de Castellanibelus, mais néanmoins visible sur les 2/3 du rostre (68% de Ltp en moy.).

d) Mucron : très majoritairement en position centrée (77% des rostres) ou très légèrement décalé dorsalement, exceptionnellement dorsal (2 rostres sur 172).

Répartition stratigraphique : (fig. 10)

Présent dès la base du Valanginien, la population de C. suborbignyanus se maintient régulièrement (autour de 12%), avant de se raréfier et de disparaitre au sommet. Ce taxon ne connait, au Valanginien, aucune expansion notable.


 

Clé de détermination

Fig 18 cle determination min